un peu de philosophie …

CINQ ANS DE PHILOSOPHIE DANS MON ATELIER AVEC HARUKA AKASAKO

Haruka dans le hall des arrivées à l’aéroport de Bruxelles en Mars 2015

 
zaventem 24 mars 2015

Zaventem, 24 mars 2015

Je me souviendrai toujours de l’après-midi du mardi 24 mars 2015, quand je suis allé l'accueillir à l’aéroport de Zaventem. J’attendais depuis des mois l’arrivée de cette Japonaise de 18 ans venue se préparer chez moi avant d’entamer une formation à l’école anglaise des oiseaux de proie à Biggleswade. Croire au merveilleux, comme Ulysse après son naufrage face à Nausicaa, une fille de roi qui va lui venir en aide et peut-être l’aimer ? Dès son apparition à 7 heures 58 dans le hall des arrivées de Zaventem, j’ai tout de suite compris les qualités de séduction quasi magique de celle qui allait devenir mon modèle pendant 5 ans. Une adorable pucelle bien nourrie, des boucles canailles qui donnent le ton, pétillante et légère comme un doigt de champagne, elle pourrait être ma petite-fille, j’invente, je suis le seul à l'avoir vue, vous comprenez ? Pleine de santé et d'imagination, elle ne demandait qu'à apprendre. Sa silhouette et son regard, sa liberté d’allure et son élégance naturelle, son caractère entier et son tempérament ardent. Sa soif de connaissance et de plaisir qui donnait un éclat particulier à son goût de vivre. Son art de manier les mots, de faire usage des ses charmes et d'imposer ses désirs. Impression que coulait dans ses artères le même sang anarchiste que celui de Noè Itô et de Sukako Kanno.

8 heures du matin. Un seul regard de deux ou trois secondes sur son visage et plus rien n'était pareil. Le temps s'est arrêté, j'ai changé de fréquences, et il y a eu comme un appel à la vie et la lumière qui ré-enchantait le monde ! Non seulement elle m'a appris à jeter sur le monde un regard différent. Mais surtout, elle m'a fait rêver que j'avais encore vingt ans et fait revivre toutes les folies de ma jeunesse ! De là dévaleront les souvenirs, leur désordre qui jusque dans les fleurs me prendra à la gorge. Plus un seul chemin mais cette course inimaginable au milieu des mots, comme Alice se croisant les bras dans sa chute. 

 
 
des cours de philosophie pratique dans l’atelier
des cours de philosophie pratique dans l’atelier