1983.06.10 – journal du 10 juin

cuir rouge est ajourés bleus

bref passage chez Otome

elle est toujours aussi compliquée et réticente qu’en février, ce qui ne signifie nullement que son amour pour moi soit feint ou sans profondeur, mais il est désespérant de constater que, malgré toutes ces années où je me suis dévoué, elle ne s’est jamais apprivoisée, au point qu’elle évite encore aujourd’hui de me regarder en face

notre amour reste pour moi un mystère, et je sais toujours pas qui elle est au juste
c’est comme un puzzle dont il manquerait la pièce principale, mais c’est assez pour me donner une jouissance inépuisable, et sa pudeur n’est pas sans charme et ni avantages

je dois prendre mon temps, beaucoup de temps, lui parler, mais lui dire peu et le dire bien
la toucher mais à peine et pas n’importe comment, l’effleurer donc avant de la caresser

journal du vendredi 10 juin 1983