1974.04.17 – journal du 17 avril

peut-être que si !

j’ai pris le risque d’inviter Yukina Akagè pour lui faire son portrait de petite Vénus Callipyge

elle est venue à 9 heures à cheval sur une bicyclette rouge

que de bonheur quand elle pose son sac sur la table de l’atelier !
signal d’une entente entre nous qui s’annonce jouissante

d’une manière canaille qui lui est propreelle s’est changée devant moi, top crop très court qui lui découvre le nombril et s’est assise en tailleur sur mon tapis vert

une fois assise, elle ne bougera plus et restera là, les seins bandés, chaude et ronde comme une caille, mais sans chair superflue

son regard luisant sous des paupières fabuleuses, son talent à faire monter sans cesse de l’huile dans ma queue
vierge sage mais rusée, lascive et pudique à la fois

comment, dieu, pourrai-je peindre la force de ce corps qui m’enchante jusqu’au sang ?

journal du mercredi 17 avril 1974