1976.01.30 – journal du 30 janvier

jusqu’ici, personne ne l’a vue

le soir, je laisse maintenant ma porte ouverte, cela permet à Otomè d’entrer la nuit et de sortir le matin sans faire de bruit après avoir dormi près de moi sans prononcer le moindre mot

c’est un véritable fantômejusqu’ici, personne ne l’a vue, sauf moi
on dirait qu’elle est faite de vapeur ou de brume

j’aime sentir la chaleur de son corps dans mon dos, elle répand aussi une odeur merveilleuse, l’odeur de quelque chose qui me rappelle Louise et son parfum de demi-vierge

journal du vendredi 30 janvier 1976