Ma démarche artistique

Peindre, c’est d’abord s’en tenir à la sensation colorée comme figure surgissant sur le fond obscur de la toile, abandonner la grande  et divine sagesse pour ce voile corporel  et terrestre.  La figure peinte est à la fois figure humaine (visage, corps) et figurative de la figuration propre à la peinture et à toute surface  d’inscription.  Plaisir  de regarder inlassablement la figure humaine et sa déclinaison vertigineuse, de faire dialoguer à vif les corps et de tisser des liens dans le vaste réservoir de l’humain. Rien d’autre donc à cueillir et à montrer que cette source de vivance qui saisit au ventre quand le jeu se fait plus ardent: les gestes hésitants du premier déshabillage, des mains qui se tâtent, des épaules qui se découvrent, des jambes nues qui se réfugient sous le drap, le sexe bridé prêt à bondir à même la chair de qui sait attendre, des accouplements bourrés de tendresse, tout ce qui arrive alors aux visages, leur pétillement sous les baisers donnés jusqu’au fond des yeux…

J’aime passer par la nudité pour booster ces merveilles dans le bricolage risqué d’une saisie de corps jeunes éclatants de vie, quand les aiguilles du désir traversent la peau pour un obscur échange où personne ne gagne ni ne perd. Le but de la peinture n’est-il pas aussi de nous donner à voir sous des angles neufs que cette réalité de l’autre existe et que la vie est toujours belle à vivre aujourd’hui  ici  dans nos corps comme dans le plus désirable des  mondes habitables?

Ma technique de peinture à l’ambre, aux couleurs fortes, vibrantes, réverbérantes, a toujours été celle de cette vision: en transformant le naturalisme par le rapport complexe des couleurs et l’insistance de glacis de plus en plus fins jusqu’à la surréalisation du réel, j’utilise un minimum de matière et cherche la transparence pour traverser les lourdeurs du réel dans un au-delà de la figuration.