3. À propos des Tropismes autour de fragments d’expositions

Le dimanche 24 janvier 1999, je passai à Spa un accord avec Robert Scherelle, pour une série de « tropismes » sur mes toiles exposées alors dans la Galerie a1.2.3….ART NOWa, rue du Bourdon, à Bruxelles. Tropisme : réaction élémentaire à une cause extérieure, impressionné action spontanée de vous, de moi, de n’importe qui devant une toile qu’il découvre sur un mur, fragment ou synecdoque d’une exposition. L’idée plaisait à Robert : quelqu’un ouvre tranquillement les yeux sur une toile qu’il n’a jamais vue. Sans vouloir le moins du monde l’étudier, il essaie alors de la dire naïvement en quelques mots, puis pose librement au peintre toutes les questions qu’il veut lui poser… Ayant reçu carte blanche, avec accès à tous mes écrits depuis 1973, mon ami se prit au jeu et rédigea avec moi ce jour-là son premier tropisme sur une toile de 1976, intitulée “ je l’ai baguée hier soir “.

(disponible aux Editions Gutta & Astula, 136 pages, 21 x 26 cm, ISBN 978-2-930962-02-3).